FESTIVAL CINQ SAISONS


Parc de Hauster
Rue Hauster 9,
4051 Chaudfontaine

Une initiative de la Commune de Chaudfontaine en partenariat avec Lieux-Communs, pour l'édition 2017.

LA SOURCE

 

Werner Moron, «La source», 2014

 

Hauteur: 5 mètres 50

Diamètre: 6 mètres

Poids: 1,4 tonne

Tressage: 1,1 km de câbles d'acier

Eclairage: minuterie réglant les cycles lumineux, à partir d'une application mobile.

 

La première intuition de l’artiste pour réaliser le nid fut d’élaborer une oeuvre participative. Chaque participant au projet devait se munir d’un segment en acier d’1m20 de long et le transmettre ensuite — comme un bâton relais — à une autre personne du groupe qui reproduirait le geste elle aussi. Chaque tige en métal devait être soudée aux autres jusqu’à ce que l’ensemble forme un nid symbolisant la société que nous couvons tous en nous.

 

Pour évoquer son installation à Chaudfontaine, l’auteur s’exprime ainsi : « J’imagine que l’œuf existait avant le nid, que la source existait avant la bouteille et que l’idée ou l’élan précédait la société. Donner le nom de Source à un nid géant habité par trois oeufs lumineux, c’est — dans une ville d’eau — vouloir rendre hommage à ce qui se situe au principe de toute chose ».

 

Photo PHM

 

Approfondissant depuis de nombreuses années l'idée d'induction, de « principe actif » de l'art, Werner Moron s'intéresse assez naturellement à la figure de l'oeuf dans sa dernière sculpture  monumentale. A la fois dure et fragile, cette enveloppe matérialise le creuset dans lequel se développe la vie et dont il faut briser la coquille pour que l'oiseau, ou l'idée, prenne son envol. Forme parfaite et singulière, elle est nimbée de mystère, le moindre n'étant pas celui de la question irrésolue et inévitable de la préséance de l'oeuf ou de la poule.

Au départ, l'artiste envisage de faire réaliser trois pièces en faïence avant d'opter pour des polymères qui permettent de jouer sur différents degrés d'opacité. De ces oeufs, émane une lumière diffuse qui accentue la force troublante de l'objet et respecte, comme l'ensemble des nouveaux éclairages du Festival des 5 saisons, la faune et la flore du parc.

Comme la source l'est pour l'induction, le nid est le lieu qui accueille et protège ce qui va éclore. Résultat d'un savoir-faire, il constitue une construction relativement élaborée. En s'inspirant des abris de brindilles conçus par les pies sauvages, Werner Moron dessine une structure très graphique pour supporter et mettre en valeur les oeufs. Transposé en volume métallique par une équipe de ferronniers, le nid touffu contraste avec l'aspect lisse de son contenu.

En bordure du parc qu'il surplombe de sa hauteur, l'ensemble agit comme un signal, une invitation à plonger dans les racines de la création.

 

 

Photo Pierre Lefort

 

Photo Pierre Lefort

 

Photo Hugo Pagnier

 


Photo Pierre Lefort

 

Avants-projets: