FESTIVAL CINQ SAISONS


Parc de Hauster
Rue Hauster 9,
4051 Chaudfontaine

Une initiative de la Commune de Chaudfontaine en partenariat avec Lieux-Communs, pour l'édition 2017.

CHRISTINE MAWET

Née à Rocourt en 1971, Christine Mawet est diplômée de La Cambre en design textile et de l’IHECS en communications sociales. Elle développe depuis plusieurs années un travail associant création textile, dessin, photographie et installation.

A la logorrhée qui envahit notre vie quotidienne, elle préfère depuis longtemps un langage plus subtil, plus secret, mais plus vrai. Né de la perte qui a brisé un jour tout espoir de futur, son travail explore encore et toujours les notions de disparition et de traces, de mémoire et d’oubli. Au fil des ans, sa quête s’est affinée. Du dessin, elle est passée aux mystères de la création textile. La photographie est venue discrètement témoigner de ces voyages exploratoires. Un univers a ainsi vu le jour.


De disparition en effacement, l’artiste a fini par broder sur des feuilles mortes de ginkgo, assemblées deux par deux. D’une mort végétale naît alors une vie nouvelle, forcément éphémère. Tandis que toute vie se retire, les feuilles désormais indissociables se dessèchent, se contractent, quittent leur tranquille horizontalité pour se dresser vers le ciel, se recroqueviller, créer d’étonnants paysages miniatures… Christine Mawet les assemble alors une nouvelle fois. Les posant côte à côte, elle crée d’étonnants paysages photographiques de fin du monde. Horizon désert d’après l’apocalypse, d’où la vie pourrait bien resurgir une fois encore.


Dans le cadre du Festival des 5 Saisons, son travail est présenté en grands tirages photographiques sur la façade de la clinique du Château des Thermes ainsi que dans un livre publié aux éditions Mardaga/Façons de voir.


SITE WEB


Oeuvres :


Les Vanités du Ginkgo, installation

 

Dans de petites sépultures transparentes, des feuilles de ginkgo cousues finissent leur vie dans des chromatismes et des formes aléatoires. Les feuilles se dessèchent, se contractent, quittent leur tranquille horizontalité pour se dresser vers le ciel, se recroqueviller et subir d'imprévisibles transformations...

En vis-à-vis, sur la façade de la clinique esthétique du château, l’artiste nous présente un état arrêté de ce processus de lente décomposition.


 

Photos PHM

 


Les Vanités du Ginkgo, photographies


L’artiste a récolté des feuilles de ginkgo pour les recoudre à notre envie de vivre. Avec une aiguille et des fils de couleurs, dans la chair des feuilles, elle fait des points de suture sur l’arcade du temps.

Une fois assemblées, l’artiste les photographie sur un fond blanc pour obtenir une image clinique et figée alors qu’à l’autre bout du parc un dispositif met en scène leur lente décomposition.


Photo Jacky Lecouturier