FESTIVAL CINQ SAISONS


Parc de Hauster
Rue Hauster 9,
4051 Chaudfontaine

Une initiative de la Commune de Chaudfontaine en partenariat avec Lieux-Communs, pour l'édition 2017.

CHRISTIAN LA GRANGE

Depuis sa plus tendre enfance, Christian La Grange est passionné par l’architecture et le dessin. A cinq ans déjà, il passait des heures à construire des maquettes de maisons avec un tube de colle et quelques feuilles de carton. L’école en revanche a été un passage plus que pénible, jusqu’au jour où il a obtenu le diplôme nécessaire en vue de réaliser les études qu’il souhaitait : l’architecture d’intérieur. Mais très vite, il s’est rendu compte qu’il était difficile de vivre uniquement de la vente de ses idées d’aménagement… Aussi a-t-il été amené à offrir la conception de projets, pour autant qu’il puisse les réaliser lui-même (aménagements d’intérieurs divers, cuisines, salles de bain, greniers ou autres petits travaux).

 

Un jour, un architecte lui a demandé de réaliser un atelier ou un grand cabanon pour une artiste peintre. De fil en aiguille, d’autres projets ont suivi. Le principe du cabanon a eu d’autant plus de succès qu’il répondait à la flambée des prix de la construction. Le cabanon a toujours été une manière de revenir à l’essentiel, de s’alléger de toutes sortes de faux besoins. On n’y accumule et thésaurise rien, il exclut toute notion de richesse. Pas de place pour y accumuler des objets, on ne s’y encombre de rien et on n’y consacre pas d’investissements importants.

 

Une des démarches favorites de Christian La Grange est la « simplicité-volontaire », l’idée de consommer moins, d’habiter plus simplement et de cultiver l’art de vivre dans des espaces réduits à l’essentiel en recherchant des petits agencements astucieusement organisés. Un autre thème qu’il cherche à développer est celui de l’habitat groupé. Plutôt que de construire une maison isolée, il s’agit d’habiter à plusieurs, de se regrouper en écohameaux en se partageant le terrain ainsi que des sanitaires et infrastructures communes. Une manière d’affronter la crise écologique actuelle tout en douceur, en utilisant des ressources naturelles durables et performantes.

A de nombreuses reprises, Christian La Grange a également réalisé des aménagements de type « Land Art », dont Chicane transitoire dans le cadre de la Fête de Mai (Namur).

 


Oeuvres :

Parcours ascensionnel

L’artiste nous propose une architecture en bois de mélèze sous la forme d’une spirale. Protégé des regards, le visiteur entame un parcours intime – proche de l’écorce de l’arbre et des branches – qui débouche sur une impossibilité d’aller plus loin sinon dans l’imaginaire ou la contemplation du parc par de petits trous percés dans la palissade qui nous protège d’une chute possible parce que l’on a pris de la hauteur dans ce remarquable tulipier.

 

Photo Jacky Lecouturier

 

Jardin-labyrinthe

Réalisé à partir des mêmes familles de plantes et gammes chromatiques que le jardin de prairie de Hoegaarden qui lui fait face, ce jardin propose des idées de combinaison inédites de plantes vivaces, reproductibles par les amateurs de jardinage.

Cette œuvre poursuit plusieurs objectifs :

  • Familiariser le grand public avec le "land art”, mouvement artistique né dans les années 60 lorsque des artistes ont décidé de quitter leur atelier pour s’exprimer en plein air ;
  • Proposer un dispositif artistique évolutif en fonction des saisons (impacts chromatiques différents) et particulièrement simple du point de vue de l'entretien (une fauche par an) ;
  • Promouvoir auprès du public l’utilisation des plantes vivaces et des graminées qui présentent un grand intérêt au niveau de la biodiversité, notamment d’un point de vue apicole. Pour les groupes et uniquement sur rendez-vous, cet aspect peut être développé de manière ludique sous la forme d'un jeu de l'oie.

Photo PHM